Printemps

    • Laure Brisa
    • Laure Brisa
    • Laure Brisa
    20:00

    Laure Brisa

    Des Comètes

    En résidence

    Création

    Le 27 janvier 2018

    à 20:00 - Panopée


    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€

    Retrouvez le spectacle Printemps de Sylvaine Hélary en seconde partie de soirée.

    Laure Brisa harpe, voix, machines & films
    Fred Poulet lumières et projections
    Thibault Lefranc son

    Le spectacle

    Des Comètes, un film de musique
    Solo de pop lo-fi avec harpe, voix, percussions, machines & films …

    Sur la scène, une harpe classique, de nombreux micros, des machines, un piano électronique, un séquenceur, une grosse caisse, beaucoup de pédales et une pléiade d’objets. Laure Brisa orchestre un panthéon personnel, un opéra domestique, avec tout ce qui l’entoure. Tel le mécanisme de nos rêves, sans logique et sans linéarité, elle nous fait traverser des paysages sonores, bouclant de la pointe des pieds, étoffant du bout des doigts, peignant délicatement les contours, les angles de vues, les profondeurs de champs, les travellings de ce deuxième opus qu’elle construit à vue et dont elle offre les rouage, entourée de Thibault Lefranc pour le travail subtil du son et de Fred Poulet pour la réalisation et les projections d’images en direct.

    L’espace est traversé par les vents, des brumes, la mer, des comètes et des étoiles, des mots d’Aristote en grec ancien, des vides et des trains, des figures de femmes disparues, de pauvres héros… Les images apparaissent et disparaissent, enflent et meurent, on y voit de grandes étendues, des ciels re-colorés, une chute d’escalier ou des milliers de roses qui pleuvent sur un catcheur Mexicain …

     

    La presse en parle

    L'équipe

    Laure Brisa

    Française d’origines espagnole, suisse et américaine, Laure Brisa a suivi une formation en harpe et chant aux conservatoires de Grenoble et de Fresnes. Elle entre en 1997 à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle de Bruxelles pour se consacrer au théâtre et se former au métier de comédienne.
    A sa sortie, elle travaille avec Jean-Vincent Brisa, le collectif des Barbarins Fourchus et intègre en 2002 l’équipe de Création Théâtrale dirigée par Chantal Morel. Elle joue dans ‘Le droit de rêver ou Les musiques orphelines’, ‘Souvent je murmure un adieu’, ou encore ‘Macha s’est absentée’ (nommé aux Molières 2005).
    En mai 2007, elle fait la rencontre de Bartabas qu’elle accompagne à la harpe pour un ‘Lever de Soleil‘ sur l’île d’Aix, programmé par la Coursive, scène nationale de La Rochelle.
    Dès 2008, elle commence l’écriture d’un solo, dont elle présente le premier extrait au Bouffes du Nord lors de la soirée ‘Numérus Circus’. Elle décide de se consacrer pleinement à cette forme artistique, en développe l’écriture, et commence à se produire dans divers lieux (salles de concerts, festivals, lieux atypiques, appartements, bars,…). Sarah Mucia devient alors complice artistique du projet et aide à la réalisation du disque ‘Leaving Room’.
    En 2014, le solo prends la forme d’un duo, Laure est rejointe sur scène par Guillaume de la Villeon qui a mixé et réalisé l’album à la basse, claviers analogiques, percussions & machines.
    Elle est aussi accompagnée par Seb Martel de façon ponctuelle.
    Laure fait également quelques pas aux côtés d’autres artistes : en 2009 elle collabore avec Jérôme Lapierre et Didier Bouchet dans le Trio de Rocanrol, pour harpe, voix, guitares électriques et autres instruments.
    En 2011 elle répond à l’invitation de Mathurin Bolze pour une carte blanche à la Brèche (Cherbourg).
    Depuis 2012, elle accompagne à la harpe le chanteur Jim Yamouridis aux côtés de Seb Martel, Sarah Murcia, Fabrice Barré et Nicholas Thomas. Elle enregistre avec eux ‘The True Blue Skies’. Elle intervient parfois lors de siestes acoustiques avec Bastien Lallemant , JP Nataf, Seb Martel et d’autres artistes.
    Laure collabore régulièrement avec la cie Yoann Bourgeois dans les projets de Courtes Pièces ainsi que dans le spectacle ‘Minuit’.

    Fred Poulet
    Réalisateur films et création lumière

    Né en 1961 à Dijon, Fred Poulet est un auteur/compositeur/interprète et réalisateur français. Une enfance dans les Vosges et une adolescence à Mulhouse précèdent une installation à Paris à la fin des années 1980. Attiré par l’écrit comme par l’image, Fred alterne jobs de décorateurs sur les plateaux de cinéma et écriture de chansons. Pierre Barouh le repère en 1992 et lui propose de rejoindre Saravah, label hors normes ayant lancé Jacques Higelin ou Brigitte Fontaine. Fred y enregistre trois albums: Mes Plus Grands Succès (1995), Encore Cédé (1996), Dix Ans de Peinture (1998) ; il se bâtit une notoriété grâce au “tube” musico/sportif « Walking Indurain » (1996).
    C’est également Saravah qui lui donne l’occasion de faire ses premiers pas derrière la caméra en produisant ses clips en 1996 pour « Walking Indurain » et en 1997 pour « Au dépanneur ». La rencontre avec Rodolphe Burger, leader de Kat Onoma permet à Fred de réaliser en 2001 son premier clip “de commande” pour un autre artiste (« La scie électrique » produit par le label Dernière Bande). Depuis, il partage son temps entre l’enregistrement d’albums personnels : Hollywood, Babyparu chez Dernière Bande en 2003, Milan Athletic Club paru chez Label Bleu en 2004 ; la réalisation de clips pour lui•même ou d’autres artistes : Piers Faccini, Las Ondas Marteles, Franck Monet ; et l’écriture pour d’autres interprètes : Seb Martel, Jeanne Balibar, Rodolphe Burger. Depuis 2005, il anime tous les ans un atelier d’initiation au cinéma aux Rencontres des cinémas d’Europe d’Aubenas, dans lequel il a côtoyé Jeanne Balibar, Alain Corneau, Theo Angelopoulos ou François Ozon.En 2006, il écrit et réalise en compagnie du footballeur Vikash Dhorasoo un ovni cinématographique pendant la coupe du monde de Football : « Substitute », journal intime en super 8 d’un sportif laissé sur le banc qui transforme son échec en réussite artistique et humaine. Le film a été primé au festival de Belfort et sélectionné dans de nombreux festivals européens dont Berlin, Amsterdam, Londres et Copenhague. En avril 2009, il écrit et réalise son premier court métrage en 35 mm, « Chantiez ». Pendant l’été 2009, Benoit Delépine et Gustave Kervern lui « commandent » un film super 8 sur le tournage de « Mammuth », leur 4e long métrage écrit pour Gérard Depardieu. Il collabore depuis 2010 à l’émission « Groland » comme réalisateur.Achève actuellement le tournage d’un 52 mn sur le saxophoniste Thomas de Pourquery pour Sombrero & co.

    Plus d'infos

    Crédit photos : Didier Contant

    • Printemps
    • Printemps
    • Printemps
    • Printemps
    20:00

    Printemps

    Sylvaine Hélary (artiste compositrice), Alexis Forestier (metteur en scène, scénographe) - Sybille Musique

    En résidence

    Création

    Le 27 janvier 2018

    à 20:00 - Théâtre


    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€

    Retrouvez le concert de Laure Brisa en première partie de soirée.

    Sylvaine Hélary  artiste compositrice, flûtes, voix
    Alexis Forestier metteur en scène, scénographe
    Arthur Grand textes, images, performance
    Julien Boudart textes, synthétiseurs
    Antonin Rayon piano, synthétiseur, composition
    Sylvain Lemêtre vibraphone percussions, métaux
    Aalam Wassef performer  artiste invité

    Le spectacle

    Le nom-même de Printemps fait référence à plusieurs choses : évidemment, à l’épidémie de soulèvements qui ont réveillé ce XXIe siècle moribond, ouvrant un cycle historique de luttes populaires dont on a vu encore que le début. Plus généralement, il renvoie au désir de hâter le dégel et le renouvellement des forces vitales après une époque de glaciation et de reflux. Printemps est un concert étendu, sans rapport frontal au public, associant musique, vidéo, textes et performance live. La singulière prise de l’espace, la disposition centrale des instruments, le jeu minimal mais décisif des lumières et de l’obscurité, l’usage de la vidéo, l’irruption du texte et du dialogue, les accidents calculés et enfin le déroulement implacablement dramatique de l’ensemble : tout cela doit se comprendre comme une construction rituelle. Printemps ne parle pas de nos expériences, ne relate pas une expérience mais se présente comme une expérience.

    La presse en parle

    L'équipe

    Sylvaine Hélary

    Bénéficiant d’une solide formation classique, ayant plongé dans les vertiges de l’improvisation auprès de Bernard Lubat, cette flûtiste fait partie de ces solistes qui établissent un lien naturel entre la musique contemporaine, le jazz et divers courants de musique nouvelle. Sa curiosité la conduit vers des projets souvent pluridisciplinaires, tels que « Printemps », et des travaux transversaux (Panoptiques avec Valérie Dassonville – Le théâtre du Menteur à la prison de Fleury-Mérogis).

    Elle a fait partie du Surnatural Orchestra  pendant dix ans. Elle joue en duo avec Noémi Boutin (Myssil et spectacle jeune public Entre Chou et Loup ), intègre récemment le nouveau sextet de Marc Ducret (Chroniques de la mer gelée ), l’Ensemble Dédales  de Dominique Pifarély, le quintet de Didier Levallet (Voix Croisées ), le tentet d’Eve Risser (White Desert Orchestra ), le trio Morgen Naughties  (Tam De Villiers et Karsten Hochapfel), et le quintet de Michel Édelin (Flute Fever ).

    Elle est conviée à faire partie de la prochaine création d’Alexandra Grimal « La Vapeur sur le riz »  et du quintet « Orca Noise Unit »  de Jozef Dumoulin.

    Elle collabore avec de nombreux musiciens tels que Dominique A, Fantazio, Robin Fincker, John Niekrasz, Théo Ceccaldi, Marco Quaresimin, Nicole Mitchell, Edward Perraud, l’ONJ (D. Yvinec), Dgiz, et participe à des projets d’échanges avec la scène de New-York (Kris Davis, Matt Mitchell, Tim Berne, Dan Weiss, Ingrid Laubrock, Tom Rainey) et de Chicago (The Sync, programme d’échange The Bridge, avec Eve Risser, Mike Reed, Fred Lonberg-Holm).

    Elle réalise ses rêves d’écriture et de composition au sein de son quartet acoustique Spring Roll  (Antonin Rayon, Sylvain Lemêtre et Hugues Mayot), de son trio (Antonin Rayon et Emmanuel Scarpa) et de son nouveau quartet Glowing Life  (Antonin Rayon, Benjamin Glibert, John Niekrasz).

    Clairement identifiée par le milieu professionnel dans lequel elle évolue, Sylvaine Hélary a notamment été désignée 3ème  musicienne française de l’année par l’équipe de rédaction du journal Jazz Magazine. A ce jour, elle compte à sa discographie une vingtaine d’enregistrements dont certains à son nom furent encensés par les critiques spécialisées, comme son dernier double-album Printemps/Spring Roll, sorti en 2015, Choc Jazz Mag et élu Citizen Jazz.

     

    Coproductions et soutiens

    Coproduction Théâtre de Vanves

    Partenaires

    La traversière

    Plus d'infos

    Crédit photos : Arthur GRAND / Martial PERES