Marco da Silva Ferreira

    19:30

    Marco da Silva Ferreira

    Hu(r)mano  - Portugal

    Le 13 mars 2018

    à 19:30 - Panopée

    Durée > 50 min
    Plein tarif 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ OU Pass soirée Plein tarif 28€ - Réduit 22€ - Adhérent 20€

    Retrouvez au cours de la même soirée Yves-Noël Genod avec Hamlet [création] à 21h au Théâtre.

    Chorégraphie et mise en scène Marco da Silva Ferreira
    Assistante à la mise en scène Mara Andrade
    Interprétation Anaísa Lopes, André Cabral, Vítor Fontes et Marco da Silva Ferreira
    Lumières et Technique Wilma Moutinho
    Compositeurs musique Rui Lima et Sérgio Martins
    Interprète musique Pedro Lima

    Le spectacle

    Dans « Hu(r)mano », Marco Da Silva Ferreira met en confrontation quatre danseurs, quatre individus, partant du postulat que nous vivons tous à l’intérieur de nous-même, à l’intérieur de nos corps que nous pouvons moduler en d’infinies compositions. Des sortes d’éditions limitées. En réunissant ces quatre corps sur scène, il questionne notre rapport à l’individuel et au collectif en prêtant une attention particulière au moment précis où le « moi humain » devient le « nous urbain ». Un dialogue contemporain se créé alors, processus au cours duquel le mouvement se compose et se décompose, s’unit et se désunit, de l’individuel au collectif.

    L'équipe

    Marco Da Silva Ferreira a commencé sa carrière de danseur en 2004. Depuis, il a notamment travaillé avec la Companhia de Dança do Norte, la compagnie Tok’art, Elisabeth Lambeck, Sylvia Rijmer, Hofesh Shechter, Victor Hugo Pontes ou Paulo Ribeiro.
    En tant que chorégraphe, il a créé son premier solo « Nevoeiro 21 » en 2012, puis « Réplica … éplica … éplica »en 2013.
    En 2015, invité par ESTUFA, il créé « bruto » une pièce de danse pour les danseurs non professionnels. “Brother” (2017) est sa dernière création.

    Coproductions et soutiens

    Production Pensamento avulso
    Producteurs délégués Célia Machado et Marco da Silva Ferreira
    Accueil en résidence Jazzy Dance Studio; Feira Viva; o espaço do tempo; Teatro Virgínia
    Coproduction Materiais Diversos and Teatro Municipal de Campo Alegre
    Avec le soutien du Gouvernement du Portugal, Secretário de Estado da Cultura, DGArtesDireção Geral

    Partenaires

    ONDA

    Plus d'infos

    Crédit photos : José Caldeira & Pietr Jaruga

    21:00

    Yves-Noël Genod

    Hamlet unlimited [Création]

    Création

    Le 13 mars 2018

    à 21:00 - Théâtre

    Durée > 2h45 - [Création]
    Plein tarif 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ OU Pass soirée Plein tarif 28€ - Réduit 22€ - Adhérent 20€

    Retrouvez au cours de la même soirée Marco da Silva Ferreira avec « Hu(r)mano » à 19h30

    Le spectacle

    Hamlet est un personnage infini. Le maître des questions. J’avais promis de m’en occuper toute ma vie. Et comme ma vie continue, en voici une nouvelle approche que j’ai intitulée, pour la différencier des précédentes : poem unlimited. C’est une version bilingue qui s’accroche plus que les précédentes à la matière shakespearienne. A présent, nous avons fait notre boulot, en collaboration avec le théâtre de Vanves. Il est sublime. Je l’ai devant moi et je n’ai aucune fausse modestie à le dire, les interprètes font le travail ; je regarde et j’écoute (je m’arrange pour que les interprètes m’offrent le spectacle dont je rêve). Le spectacle dure deux heures trente. Il est très différent de ce que j’ai fait jusqu’ici. Et pourtant, le point commun : oui, c’est toujours une question d’espace et de lumière,

    Yves-Noël Genod

    L'équipe

    Yves-Noël Genod ne se présente lui-même que comme un « distributeur » de poésie et de lumière ; il n’invente aucun spectacle qui n’existe déjà. Il fait passer le furet, « passé par ici, il repassera par là », il révèle. En effet, pense-t-il, la révolution, c’est la redistribution des richesses accaparées.
    Son art a été qualifié de « théâtre chorégraphié ». Ce comédien prétend s’effacer derrière son oeuvre qu’il désirerait n’être que trace infime, dérisoire, inutile, mais dans l’optique pascalienne qui dit que : « Nul ne meurt si pauvre qu’il ne laisse quelque chose ». Yves-Noël Genod a présenté quatre pièces au festival Artdanthé : « Dictionnaire des Açores », « C’est pas pour les cochons ! » (collaboration avec Kataline Patkaï), « Hamlet » dans sa troisième version et « Un petit peu de Zelda ».

    Plus d'infos

    Crédit photos : Dominique Issermann