Soirée du vendredi 18 mai

Lors de cette soirée vous pourrez assister aux concerts/performances de :

Tarif unique  par soirée (et non par concert) : 20€ – Réduit 14€  – Adhérent 10 € ou Pass Festival 32€

TRAX
Sourdoreilles
Manifesto XXI
Balades Sonores
Gonzaï
Noisey
Radio Campus Paris
Novorama
Mouvement
  • 19:30

    Joachim Florent

    After Science / Switch Festival - Coax collectif

    Le 18 mai 2018

    à 19:30 - Théâtre

    Durée > 50 min
    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ ou pass festival 32€

    Retrouvez lors de la même soirée et avec le même billet les concerts de NOX.3 & Linda Oláh et de Chassol.

    Le spectacle

    Contrebasse & électronique

    En constante recherche autour des musiques libres et expérimentales avec ses lignes de basses rugissantes, Joachim Florent s’attaque au solo de contrebasse. S’y mêlent sans entrave envolées néoclassiques, ambient music et transe électronique servies par les potentialités insoupçonnées de son instrument. Juxtaposant des morceaux acoustiques et amplifiés, After science est un pont entre archaïsme et modernité, appel ancestral projetant ses ramifications futuristes aux confins de la connaissance.

    La presse en parle

    L'équipe

    Joachim Florent est né en 1979 à Schaerbeek – Belgique. Artiste aux centres d’intérêts multiples, Joachim a étudié à l’ENM de Villeurbanne parallèlement à des études scientifiques, puis au CNSM de Paris au sein du département jazz.
    Musicien singulier, il est le bassiste du trio Jean Louis avec Aymeric Avice et Francesco Pastacaldi. Il multiplie les projets au sein de la compagnie imperial (imperial quartet, pulsar, vo populi, grio). Il a fondé avec Benjamin Flament les ensembles MetaL-O-PHoNe et Radiation10, éléments moteurs du collectif coax.
    Son goût pour l’aventure et le renouveau l’amène à collaborer avec des musiciens finlandais tels qu’Aki Rissanen, mandingues au sein de l’impérial pulsar ou encore la musique contemporaine du quatuor bela.
    Installé à Nantes, il y travaille notamment aux côtés de la chanteuse Mood et du guitariste Manuel Adnot (Dark Radish). Plus récemment il participe aux derniers projets de Marc Ducret ou François Corneloup, ainsi qu’au réseau transatlantique « the bridge ». En 2007, Il a obtenu le 1er prix d’instrumentiste au concours de la défense, et également les 2 premiers prix de groupe (Radiation10 et Jean Louis). Qu’il joue complètement acoustique ou qu’il transcende la contrebasse grâce à l’amplification, il est régulièrement invité à se produire en solo (Paris Bass 2008, Le Mans Europa Jazz 2012). Son travail s’articule autour de l’interpénétration stylistique et la recherche de nouvelles sonorités sur l’instrument, allant puiser dans le jazz comme dans l’ambiant ou la musique répétitive.

    Partenaires

    Collectif COAX
    TRAX
    Sourdoreilles
    Manifesto XXI
    Balades Sonores
    Noisey
    Gonzaï
    Radio Campus Paris
    Novorama
    Mouvement

    Plus d'infos

    Crédit photos : Michael Parque / Rémi Angeli

  • Nox.3 & Linda Oláh

    Inget Nytt. / Switch festival - Ilona records

    Le 18 mai 2018

    A la suite de Joachim Florent - Théâtre


    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ ou pass festival 32€

    L’album Inget Nytt. est sorti le 08 février 2018 chez Ilona Records

    Assistez lors de la même soirée et avec le même billet aux concerts de Joachim Florent et de Chassol.

     

    Voix et FX Linda Oláh
    Saxophones et FX Rémi Fox
    Piano, Moog et FX Matthieu Naulleau
    Batterie et pads électroniques Nicolas Fox

    Le spectacle

    Jazz / electro

    Voyage immobile aux allures de rêve. Lumineux et libre, sombre et introspectif, « Inget Nytt. » (« rien de nouveau » en suédois) raconte un instantané des expérimentations et découvertes du groupe nOx.3 & Linda Oláh. Leur musique résolument novatrice fait se croiser les pratiques les plus contemporaines en un assemblage de transes et d’abîmes délicieux où la boucle est reine.
    Inget Nytt. est un album collégial, à la croisée des pratiques, des influences et des personnalités de chaque membre. L’arrivée de Linda Oláh en 2016 a redistribué les cartesprécédemment réparties entre les membres de nOx.3. Le groupe avait été créé en 2013 autour de Rémi Fox (saxophones), Nicolas Fox (batterie) et Matthieu Naulleau (piano), accompagnés par leur ingénieur du son Valérian Langlais.
    « Avec l’ajout d’une voix, chacun sonne différemment. Nous avons trouvé un son plus collectif, créé autour d’un même objectif : celui de créer de la musique à cinq en laissant de la place à chacun d’entre nous, en tenant compte de nos différentes directions artistiques. Le but était de créer un mélange unique, sur lequel il est difficile d’attribuer une étiquette », décrit Nicolas Fox.
    Le pari de nOx.3 & Linda Oláh est audacieux et réussi : c’est avec une innocente impertinence qu’ils livrent une musique curieuse, ouverte sur le monde, aux multiples visages et influences. Ainsi, loin des carcans stylistiques, ils mêlent onirisme, boucles électroniques expérimentales et couleurs jazz, spontanéité sensible et distance froide. Les textes de Linda Oláh, Clément Bertrand et Matthieu Naulleau viennent enrichir, par l’élégance de leur interprétation, un univers sonore déjà étoffé. Après Waï Nox (Collectif Loo, 2015) et Nox Tape (JazzVillage, 2016), nOx.3 poursuit son indépendance musicale avec Linda Oláh. La liberté du son et de la création sont là, toujours formulées au pluriel, avec audace, singularité et modernité. Non, rien de nouveau en somme.

    La presse en parle

    L'équipe

    nOx.3 réunit depuis 2013 le saxophoniste Rémi Fox, le pianiste Matthieu Naulleau et le batteur Nicolas Fox autour du même souhait de faire du jazz une musique résolument ancrée dans le présent. Toujours à l’affût de nouveaux sons, le groupe se nourrit aussi bien des musiques dites savantes que populaires, les détournant pour en faire leur terrain de jeu. Grâce à leur collaboration avec l’ingénieur du son Valérian Langlais, les trois musiciens génèrent des sons inspirés, faisant se croiser des improvisations purement “noxiennes” et des rythmes propres à la scène électro contemporaine. En résultent un premier EP en avril 2014 puis leur premier album enregistré en mars 2015 au studio La Buissonne avec les ingénieurs du son Gérard De Haro et Valérian Langlais. WAÏ NOX sortira six mois plus tard sur le label du Collectif Loo. La même année, nOx.3 est le groupe lauréat du tremplin RéZZo FOCAL de Jazz à Vienne, et rejoint de ce fait le label JazzVillage / harmonia mundi pour Nox Tape, enregistré à Lausanne au Studio du Flon avec Greg Dubuis en novembre 2015. Poursuivant les recherches, nOx.3 s’associe fin 2016 à la chanteuse suédoise Linda Oláh. Née à Stockholm en 1988, cette dernière a d’abord exploré le chant par le biais de la comédie musicale et de l’opéra, deux écoles qui lui ont permis de donner à son interprétation une palette riche. Artiste complète, elle modèle sa voix en véritable contorsionniste, entre cris, soupirs et craquements rauques, à la recherche de poésie. Ces facettes multiples lui permettent d’explorer des horizons éclectiques, d’une part en faisant se croiser Moondog et Kraftwerk avec le projet Cabaret Contemporain ou en intégrant des big bands – notamment Umlywood Orchestra. Elle se consacre également au répertoire contemporain et à la musique improvisée, en solo ou en groupe (BELLE/ Charles 313 / Luna Maze), mais aussi à des projets transdisciplinaires tels que A Consequence of Mergance avec les danseurs Toby Kassell (GB) et Ingeborg Zackariassen (NO). Lauréate d’un prix du Comité National suédois des Arts et d’un prix de l’Académie Nationale de Musique de Stockholm, elle est diplômée, comme les autres membres du groupe, du CNSM de Paris.

    Partenaires

    Ilona records
    TRAX
    Manifesto XXI
    Balades Sonores
    Gonzaï
    Sourdoreilles
    Noisey
    Radio Campus Paris
    Novorama
    Mouvement

    Plus d'infos

    Crédit photos : Olivier Hoffschir

  • Chassol

    Indiamore / Switch festival  - Label Tricatel

    Le 18 mai 2018

    A la suite de NOX.3 & Linda Olah - Théâtre


    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ ou pass festival 32€

    Assistez lors de la même soirée et avec le même billet aux concerts de  Joachim Florent et de Chassol.

    Claviers Chassol Batterie Mathieu Edward

    Le spectacle

    Les premières rencontres de Chassol avec la musique indienne datent de son adolescence où grâce à John Mac Laughlin, et son groupe Shakti il a pu entendre raggas, structures rythmiques et instruments indiens se mélanger au jazz.
    Vinrent ensuite Ravi Shankar, Hariprasad Chaurasia et les chansons dévotionnelles.
    Plus récemment les films documentaires de Louis Malle (L’inde fantôme) et de Johan Vander Keuken (L’œil au-dessus du puits) l’ont profondément marqué et après avoir harmonisé la Nouvelle-Orléans dans « nola chérie », le choix de tenter une harmonisation de la vie, des sons, musiques, bruits et trafic de l’Inde du nord s’est imposé très naturellement.
    À Calcutta et Varanasi la plus vieille ville d’Inde il est allé filmer sitaristes, percussionnistes, chanteuses, danseuses, les enfants, le Gange, la ville et le chaos apparent du trafic.
    Indiamore déploie en quatre mouvements, une même suite harmonique tonale d’accords chauds et très pops qui épouse la musique modale indienne ne reposant généralement que sur une basse continue jouée par le tampura.
    En répétant ces images, en traitant leur son comme un matériau musical et en harmonisant le discours des acteurs avec ses propres obsessions harmoniques, il réussit à mêler une approche documentaire à une œuvre purement musicale.
    Chassol a pour objectif d’harmoniser le réel, la vie, le monde, tout ce qu’il rencontre, tout ce qui lui parle. Harmoniser le réel, c’est partir d’une image l’intéressant dès lors qu’elle produit un son : il la duplique, joue avec le montage pour créer un motif rythmique et visuel, ce qui produit un véritable objet filmique et musical. Le résultat porte un nom : « ultrascore ».

    La presse en parle

    L'équipe

    Chassol 
    Né en 1976, Chassol découvre la musique à l’âge de quatre ans. Fils d’un père saxophoniste amateur, il s’engage au Conservatoire pendant seize ans, faisant ses armes sur l’harmonie, les gammes et la mélodie. Son ambition première est de composer pour le cinéma, unir le son et l’image pour produire une musique cinématique de grande élégance, dans la lignée des Jerry Goldsmith, Michel Magne et ou encore Quincy Jones. Au milieu des années 1990, il prend la tangente, et compose pendant quinze ans pour le grand écran, la télévision et la publicité. Il devient ensuite chef d’orchestre, de 1994 à 2002, puis découvre le monde de la pop en accompagnant Phoenix et Sébastien Tellier sur Politics(2004) qu’il arrange dans les grandes lignes. La même année, Chassol le retrouve sur la B.O.F. de Narco, qu’il saupoudre de langueurs érotiques et de violons qui s’embrassent.

    « Je suis un musicien qui fait de la musique sérieuse et accessible en format pop. » Chassol

    Partenaires

    Tricatel
    TRAX
    Manifesto XXI
    Balades Sonores
    Gonzaï
    Sourdoreilles
    Noisey
    Radio Campus Paris
    Novorama
    Mouvement

    Plus d'infos

    Crédit photos : Louis Canadas