Une nuit avec Kill The Dj

Pour clore le festival, Kill The DJ se pose à Vanves ! Fruit d’une collaboration entre le label et le Théâtre, cette soirée s’est construite pas à pas à partir de la programmation de The Noise Consort.

Signé par le label en 2017, The Noise Consort se consacre à la réinterprétation d’œuvres et de formes anciennes en regard de ses propres créations, proposant une forme hybride et audacieuse. A la suite de discussions et d’échanges, de réelles affinités esthétiques entre les deux structures ont permis de construire cette soirée à leur image, illustrant diversité, mixité et création qui auront toujours une place de choix.

Echappez-vous des sentiers battus le samedi 19 mai aux côtés du producteur Mondkopf, des savants fous de DeuxBoulesVanille et du trio The Noise Consort.
Un DJset KTDJ clôturera la soirée, le Switch festival ainsi que la saison musicale du Théâtre de Vanves.

Tarif unique par soirée (et non par concert) : 20€ – Réduit 14€  – Adhérent 10 €  ou Pass Festival 32 €

TRAX
Sourdoreilles
Manifesto XXI
Balades Sonores
Noisey
Gonzaï
Radio Campus Paris
Novorama
Mouvement
  • Mondkopf

    IN PARADISUM RECORDS

    Le 19 mai 2018

    Théâtre


    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ ou pass festival 32€

    Assistez lors de la même soirée et avec le même billet aux concerts de  The Noise Consort, de Deux boules vanille et au Djset Kill The Dj

    Le spectacle

    Solo machine Ambient/techno

    La trajectoire de Paul Régimbeau commence à la fin des années 1990, alors qu’il vit encore à Toulouse. La découverte émue des premiers disques de Vangelis et d’Aphex Twin lui donne l’impulsion pour expérimenter avec les premiers logiciels de production. Il déménage à Paris à 22 ans, et le succès de ses remixes et premiers sorties l’inscrit au cœur de la scène « electro » française, dans laquelle il se distingue par son talent mélodique. Ce succès masque pourtant un tempérament plutôt introverti et un rapport à la musique comme catharsis personnelle.

    Mondkopf prendra le large en rencontrant le métal extrême, dont le répertoire de sensations et d’émotions lui fait l’effet d’une révélation. Son album Hadès marque alors les esprits par cette synthèse inédite des émotions pures de l’electronica et d’une version électronique des textures et riffs du métal le plus aventureux. A sa suite, They fall but you don’t est décrit par Wire magazine comme « la seule musique qui correspond à la catégorie un temps prometteuse et bien dévoyée de power ambient : des drones massifs et acérés, de lents chatoiements de guitares, des synthés façon Tangerine Dream qui s’enroulent les uns dans les autres, le tout rayonnant avec une intensité intérieure qui reste en même temps contenue ».

    Preuve de sa capacité à transcender les genres, sa musique enflamme aussi bien les festivals internationaux les plus pointus comme ATP ou CTM (en première partie d’Electric Wizard), les hangars post-industriels du nord de l’Europe et les soirées indus les plus underground (Berghain à Berlin, à Londres pour les soirées  « Kaos » ou au Village Underground pour la première partie de Nurse With Wound) que les atmosphères plus solennelles des lieux de culte (Eglise St Merry à Paris), des musées (Musée des Beaux-Arts de Bruxelles, le BAL de Paris) ou des salles de musique classique (Cité de la musique à Paris, Auditorium de Lyon). Autant de chances pour Mondkopf de s’abandonner à la pure intensité du son, en emmenant le public avec lui.

    L’introspection a entre-temps fait place à de multiples collaborations, avec Charlemagne Palestine, avec le guitariste Greg Buffier (Saåad) pour Autrenoir, le groupe post-rock Oiseaux-Tempêtes, ou encore le groupe japonais de black metal Vampillia, l’artiste noise américain Pete Swanson, avec lesquels il constitue VMO. Sa rencontre avec le guitariste libanais Charbel Haber (Malayeen, Scrambled Eggs, Johnny Kafta Anti-Vegetarian Orchestra, The Bunny Tylers) marque la dernière étape de ce parcours tout en contrastes.

    La presse en parle

    Partenaires

    In Paradisum
    TRAX
    Manifesto XXI
    Balades Sonores
    Noisey
    Sourdoreilles
    Gonzaï
    Radio Campus Paris
    Novorama
    Mouvement

    Plus d'infos

  • The Noise Consort [Creation]

    Kill the DJ

    Le 19 mai 2018

    Théâtre

    Durée > 1h
    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ ou pass festival 32€

    Assistez lors de la même soirée et avec le même billet aux concerts de Mondkopf, de Deux boules vanille et au Djset Kill The Dj

    Composition et machines Benjamin Morando
    Composition et piano Gabriel Urgell Reyes
    Composition et flûtes Phillipe Renard

    Le spectacle

    Rock expérimental / electro

    Le choix du nom « The Noise Consort » est un déjà un manifeste. « Consort » est un terme anglais qui signifie « ensemble instrumental » et qui est employé en Angleterre pendant une période comprise entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIIe siècle. Il désigne aujourd’hui certains types de formations pratiquant la musique ancienne. « Noise », c’est le bruit, paramètre acoustique, reconnu digne d’être un objet esthétique dès le manifeste de Luigi Russolo de 1913 puis tout au long du XXe siècle. De la musique contemporaine (Helmut Lachenman) et acousmatique (Bernard Parmeggiani) à la musique improvisée (Gruppo di Improvvisazione Nuova Consonanza), en passant par les nombreux courants les plus extrêmes du rock (le grind core) et de la musique électronique (le harsh noise). The Noise Consort, c’est la surprise et l’inouï. La rencontre a priori improbable entre la musique baroque, le rock expérimental, l’électro et la musique contemporaine. Cet ensemble se consacre à la réinterprétation d’oeuvres et de formes anciennes en regard avec ses propres créations et du répertoire contemporain conçus pour ces instruments.

    La presse en parle

    L'équipe

    Benjamin Morando
    Figure de la création musicale électronique française, Benjamin Morando est un compositeur connu pour ses musiques pour le cinéma, la télévision, l’art contemporain ainsi que pour son travail au sein des groupes Octet et Discodeine. Sa signature sonore est caractérisée par l’imbrication fluide d’instruments classiques et de technologies de synthèse et de transformations du son. Son esthétique est à la croisée d’une pop futuriste, de la musique contemporaine et de l’électro.

     Gabriel Urgell Reyes
    Pianiste et compositeur, Gabriel Urgell Reyes est diplômé de l’Institut Supérieur des Arts de La Havane et du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Cet artiste audacieux, caractérisé par des interprétations virtuoses et intenses, des productions inédites et des compositions transcendant les genres, a remporté de nombreux prix et distinctions (Città di Marsala (Italie), Ignacio Cervantes (Cuba), Frechilla-Zuloaga (Espagne), Prix Blüthner de la Fondation Alfred Reinhold…) et s’est produit dans de nombreux salles et festivals de renommée internationale (Cité de la Musique de Paris, Opéra Angers-Nantes, Festival International de Piano de La Roque d’Anthéron, Festival International de Piano de Biarritz, Media Center de Leipzig, Teatro Amadeo Roldán de La Havane…). Son album Meeting Ginastera vol. 1 est récompensé d’un Diapason d’Or.

    Philippe Renard
    Philippe Renard est diplômé de musicologie de l’Université de La Sorbonne, et du département de musique ancienne du Conservatoire de Boulogne-Billancourt. Avec Philippe Bolton (facteur de flûte à bec), Philippe Renard est le co-concepteur des flûtes à bec étendues dans leur ambitus et dans les possibilités sonores. Il collabore depuis 1995 avec des compositeurs français et anglo-saxons (François Rossé, Etienne Rolin, Donald Bousted, Christopher Fox, etc.). Ce travail a permis de développer le répertoire tant dans le domaine de l’écriture que de l’improvisation contemporaines. Il a créé ainsi plus d’une centaine d’oeuvres pour flûte à bec associées au piano, à la voix, à l’accordéon, au glass harmonica, à la clarinette basse…

    Partenaires

    Kill The Dj
    TRAX
    Balades Sonores
    Manifesto XXI
    Sourdoreilles
    Gonzaï
    Noisey
    Radio Campus Paris
    Novorama
    Mouvement

    Plus d'infos

  • Deux Boules Vanille

    Planète Gougou  - Label Kythibong

    Le 19 mai 2018

    Théâtre

    2018
    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€ ou pass festival 32€

    Assistez lors de la même soirée et avec le même billet aux concerts de Mondkopf, de The Noise Consort et au Djset Kill The Dj

    Batterie, pads Loup Gangloff
    Batterie, pads Frédéric Mancini

    Le spectacle

    Batterie electro-noise hypnotique

    Planète Gourou, leur tout nouvel album, vient de sortir sur Kythibong « et même si cette œuvre est loin d’être facile d’accès, voilà une nouvelle porte ouverte sur toutes ces passionnantes musiques en marge, quelque part entre Zombie Zombie, Electric Electric et K-X-P. » (Longueur d’Ondes)

    Deux Boules Vanille est né en l’an 2012, lorsque Loup Gangloff et Frédéric Mancini construisent leur premiers synthétiseurs analogiques. Une longue série de « Tiens, si on branchait ça là » les amènent à découvrir les possibilités de combinaisons de la synthèse avec l’instrument acoustique qui les rassemblait alors, la batterie. Le rythme et la mélodie se retrouvent liés intrinsèquement : des capteurs sur les deux batteries font office de claviers et déclenchent les synthétiseurs. Ce dispositif implique une approche de l’instrument particulière, un dialogue constant entre la construction rythmique et sa traduction mélodique. IIBV entraine dans une frénésie dansante et joue de polyrythmies, de transe, d’acid house, une performance inter-dépendante du rythme et du corps qui le produit. Le duo tourne depuis 2012 en France, en Europe, au Royaume Uni, ainsi qu’au Japon en 2014 aux côtés du groupe allemand Les Trucs. IIBV compte près de 200 concerts à son actif, ayant partagé l’affiche avec Felix kubin, Omar Souleyman, Mondkopf, La Colonie de Vacances, Les Trucs, Pneu, Moja…
    En 2015, le groupe rejoint Kongfuzi booking et sort son premier album Tutti Frutti (chez SK records, Et mon cul c’est du tofu, Gnougn records, Atypeek Music) incluant huit titres. Cet album comprend un featuring avec Emma Gatrill (UK) à la voix

    Planète Gougou, leur tout nouvel album, vient de sortir sur Kythibong

    La presse en parle

    Partenaires

    Kythibong
    TRAX
    Manifesto XXI
    Balades Sonores
    Gonzaï
    Sourdoreilles
    Noisey
    Radio Campus Paris
    Novorama
    Mouvement

    Plus d'infos