Chargement en cours
Chargement

8E édition des Journées de Musique Anciennes

À l’occasion des Journées de musiques anciennes, les artistes invités emmènent le public dans un voyage fait d’émotions, de rencontres et de dialogues.
Le thème « Exil(s) » guide ces trois journées de concerts. De nombreux événements animent toute la ville : salon international de lutherie, Festival Off, colloque, boudoirs de musique…

Vendredi 17 nov.

20h30 | L’Ode-Conservatoire de Vanves
La Fonte Musica Fuyons de ci !

Samedi 18 nov.

19h | Théâtre de Vanves
Julnar Musique en exil

21h | L’Ode-Conservatoire de Vanves
Raquel Andueza & La Galania
Yo soy la locura

Dimanche 19 nov.

16h | Théâtre de Vanves
La Nouvelle Génération
Étudiants de conservatoires

18h | L’Ode-Conservatoire de Vanves
Angélique & Marc Mauillon
Pien d’amoroso affetto

Plus d’information sur la 8e édition des Journées de Musique Anciennes ICI

  • 20:30

    La Fonte Musica

    Fuions de ci! - Exiles politiques et amoureux dans l'Ars Nova

    Le 17 novembre 2017

    à 20:30 - ODE - Conservatoire de Vanves

    Michele Pasotti luth et direction musicale
    Francesca CassinariAlena Dantcheva sopranos
    Raffaele Giordani ténor
    Efix Puleo vièle
    Teodoro Baù viole de gambe Œuvres de Jacob de Senleches, Johannes Ciconia, Francesco Landini, Antonio Zacara da Teramo.  
    • La Fonte Musica
    • La Fonte Musica

    Le spectacle

    La Fonte Musica est un ensemble spécialisé dans la musique médiévale tardive, dirigé et fondé par Michele Pasotti.

    La Fonte Musica est né pour interpréter la musique de la fin du Moyen Âge, jusqu’au début de la Renaissance (ca.1320-1440, tout particulièrement le Trecento italien), sur instruments d’époque et avec une constante recherche philologique afin de comprendre et restituer au mieux, le caractère extraordinairement créatif, expérimental et raffiné de ces musiques, jusqu’ici très peu explorées.

    La virtuosité vocale et instrumentale, ainsi que le soin du détail, typiques de l’Ars Nova et de l’Ars Subtilior, vont de pair avec la complexité et le raffinement de ce répertoire.

    Les concerts de La Fonte Musica sont des moments vivants où l’écoute, la vision et les mouvements sont en complète interaction, qui font de chaque performance un spectacle global.

    L’ensemble a été invité, entre autre, par des festivals tels que : Resonanzen (Konzerthaus de Vienne), Oude Muziek (Utrecht, Pays-Bas), Laus Polyphoniae Antwerpen (Belgique), Wratislavia Cantans (Wroclaw, Pologne), Herne Tage Alter Musik (Allemagne), Musica Sacra Maastricht (Pays-Bas), Konzertsaal der Wiener Sängerknaben (Vienne), Les Inouïes (Arras, France), Teatro la Fenice (Venise), Csíkszeredai Régizene Fesztivál (Roumanie), Musica Sacra Piber (Autriche), Cantar di Pietre (Suisse), Venetian Center for Baroque Music (Venise), Vespri in San Maurizio (Milan), I Concerti dell’Accademia Bizantina, Ghislierimusica, Gaudete! Festival, La Via Lattea, Festival dell’Ascensione, Musica nei Chiostri, Musica Ricercata, Antiqua, en Italie.

    En 2017 La Fonte Musica va jouer au Concerts Medieval du Musée de Cluny (Paris), Resonanzen au Wiener Konzerthaus, Regensburg Tage Alte Musik, (Allemagne), Festival Bach Swidniça (Pologne), Oude Muziek (Utrecht), Journées de musiques anciennes à Vanves, Cantar di Pietre en Suisse et autres importants festivals de musique ancienne en Europe.

    Les concerts de La Fonte Musica ont été transmis par BBC (Grande Bretagne), Rai Radio Tre (Italie), ORF 1 (Autriche), RBB kulturradio (Allemagne), Polskie Radio (Pologne).

    Metamorfosi Trecento. Transformations du mythe dans l’Ars Nova”, le second disque de La Fonte Musica, est sorti en January 2017 chez Alpha Classics.

    En mars 2017 Metamorfosi Trecento a reçu le DIAPASON d’OR: “une maîtrise absolue de tous les aspects de ces répertoires. Ces Italiens férus de Trecento…. l’énergie grisante de Michele Pasotti n’y pas étrangère : tempos vivaces, ormamentations pointillistes, le collectif italien dompte la complexité redoutable des pièces subtilior.

    La Fonte Musica porte un soin tout particulier pour les poésies courtoises, déclamées avec passion : les chanteurs goûtent avec délice le moindre mot, la moindre intention du texte, et ne ménageant pas leurs effets rhétoriques. L’interprétation est réfléchie, polie jusque dans les plus infimes détails : une recherche phénoménale sur les sources médiévales, sur la théorie et les langages musicaux de l’époque, la prononciation, sans oublier l’instrumentation. » (DIAPASON, mars 2017)

    Egalment en Mars 2017 “Metamorfosi Trecento” a été Disque du mois pour le magazine italien AMADEUS, “une magnifique seconde réalisation discographique”.

  • 19:00

    Julnar

    Musique en exil

    Le 18 novembre 2017

    à 19:00 - Théâtre

    Elisabeth Geiger clavecin, voix
    Khaled Aljaramani oud, voix
    Marti Uibo batterie, percussions, voix
    • Julnar
    • Julnar

    Le spectacle

    Ce concert est un voyage immersif à la croisée du rock, du jazz, de la musique baroque, des musiques du monde et de la musique contemporaine. Un travail sur les micros intervalles, l’harmonie rythmique et les registres d’expressions font de ce concert une expérience sensible et singulière.
    Les compositions et les improvisations se veulent simples et directes, visant à toucher ce qu’il y a de plus profond dans l’être humain, de questionner ce qui lui est universel : le rythme, les gammes, l’harmonie, les sentiments.
    Les textes sont des créations modernes mises en regard avec des textes de poètes anciens persans ou arabes. Ceux-ci mettent en valeur la résonance actuelle à des thématiques anciennes comme la guerre, l’exil, le voyage, le rêve, le déracinement, l’amour…

    L'équipe

    Julnar

    L’envie de ce projet naît de la rencontre de la claveciniste Elisabeth Geiger, du oudiste-chanteur Khaled Aljaramani et du percussionniste-chanteur Marti Uibo. Celle-ci s’est déroulé à l’abbaye de Royaumont dans le cadre d’un stage sur la « transculturalité » musicale. Derrière ce mot savant, l’idée simple est de savoir comment des musiciens issus de régions et pratiques différentes peuvent créer une musique originale et actuelle.
    Ce projet se veut un dialogue géographique et temporel, un exil dans lequel on ne garde que la chose la plus précieuse et fondamentale.

    Elisabeth Geiger

    Elisabeth Geiger étudie le clavecin, l’orgue et la basse continue au Conservatoire National de Région de Strasbourg auprès d’Agnès Candau, Aline Zylberajch et Martin Gester. Lors de stages et séminaires, elle se perfectionne avec Laurent Stewart, Yvon Repérant et Freddy Eichelberger. Attirée par la musique vocale, elle se dirige vers la Fondation Royaumont où elle rencontre Gérard Lesne et Il Seminario Musicale, puis Jean-Claude Malgoire, avec qui elle collabore au sein de l’Atelier Lyrique de Tourcoing. Son intérêt pour l’opéra l’amène à travailler ensuite avec Emmanuelle Haïm, et particulièrement avec Hervé Niquet. Elle se produit avec les ensembles Akâdemia, Doulce Mémoire, l’Ensemble Clément Janequin, La Grande Ecurie et la Chambre du Roy, Le Concert Spirituel, Le Concert d’Astrée, ainsi que Les Ambassadeurs et Les Veilleurs de Nuit.
    L’intérêt tout particulier qu’elle a porté à la musique de chambre à deux clavecins lui a permis de se perfectionner en réécriture, transcription, arrangement et improvisation, en lien avec le répertoire de clavier ancien.
    Outre le clavecin – et l’épinette, la régale ou le virginal –, elle approfondit sa pratique de l’orgue, rejoignant récemment les organistes du Foyer de l’Âme. Assidue des fonds de musique baroque des bibliothèques parisiennes et européennes, elle montre une égale prédilection pour la facture instrumentale.
    Elle assume fréquemment des fonctions de chef de chant pour des productions d’opéras et cultive avec éclectisme d’autres expressions artistiques : musiques improvisées à Royaumont avec Fabrizio Cassol ; projet « Love I Obey » avec la chanteuse Rosemary Standley et Bruno Helstroffer ; danse contemporaine avec la Compagnie Toujours après minuit (création de «Revue et corrigée » à Pôle Sud Strasbourg)…

     

    Khaled Aljaramani

    Khaled Aljaramani est né à Sweida, au sud de la Syrie, en 1972. Il a suivi des cours d’oud chez Fayez Zher Eddine puis à l’Institut Supérieur de Musique dans la classe d’Askar Ali Akbar. Il a parallèlement suivi des ateliers dirigés par Mounir Bachir et Nassir Chama. Il obtint son diplome en 1999. Khaled Aljaramani aborde la musique comme un voyage dans l’être intérieur. C’est une recherche continuelle entre l’accord musical et l’émotion. Ses projets artistiques sont autant d’expériences et d’échanges d’idées autour des formes musicales et de la rencontre. Il se produit comme soliste avec l’orchestre symphonique de Syrie de 1997 à 1999. Entre 2000 et 2011, il est professeur d’oud à l’institut supérieur de Musique de Damas, à la faculté de Musique d’Homs et au conservatoire de Sweida.
    Il travaille parallèlement en Europe et crée le duo Interzone avec le guitariste Serge Teyssot-Gay. Il se produit notamment au Festival de Radio France, à l’Institut du monde Arabe, en Belgique, Italie et Allemagne, Suisse. Ils sortent trois disques dont un sorti chez Universal. Il sort un disque solo sur Harmonia Mundi/l’Institut du Monde Arabe en 2013 et tourne au Qatar, au Mali, au Maroc, en Jordanie et en Arabie Saoudite avec son projet Bab El Salam. En 2015, il intègre le projet jazz Aka Moon dans le cadre du projet Alefba comprenant une dizaine de musicien orientaux et occidentaux. Le répertoire est crée au festival d’Aix en Provence. La variété des collaborations et sa capacité d’adaptation ont fait de Khaled Aljaramani un interprète de qualité aussi bien dans le cadre de la musique classique arabe que des musiques actuelles.

     

    Marti Uibo

    Marti Uibo est batteur, percussionniste formé notamment à la Music Academy International de Nancy et au Conservatoire Régional (département musique à improviser) de Strasbourg. Il participe aussi à de nombreux stages et cours privés avec notamment Roy Haynes, Ed Thigpen, Joëlle Léandre, Raymond Boni, Adel Shams El Din… Il se dirige ensuite vers le chant qu’il travaille au Centre des Musiques Médiévales de Paris pendant trois ans avec notamment Brigitte Lesne et Catherine Schroeder et à l’occasion de stages de musique traditionnelle à la Kultuuri Akadeemia de Viljandi (Estonie) et au Conservatoire de Musique de Rabat (Maroc).
    Sa curiosité l’amène à participer à de nombreux projets allant de la musique ancienne aux musiques actuelles. Il effectue de nombreuses tournées en Europe (Scandinavie, pays Baltes, Balkans, Allemagne, Espagne, Portugal, Belgique…), en Amérique Latine (Pérou et Équateur) et en Asie (Singapour, Malaisie).
    Il est directeur artistique de l’Ensemble Tormis et crée plusieurs projets soutenus par la DRAC Alsace, les ambassades d’Estonie et de Finlande, la Maison d’Europe et d’Orient à Paris, les Conseil Départementaux du Nord et du Pas de Calais.

  • 21:00

    Raquel Andueza & La Galanía

    Yo soy la locura

    Le 18 novembre 2017

    à 21:00 - ODE - Conservatoire de Vanves

    Raquel Andueza  soprano
    Pablo Prieto  violon
    Manuel Vilas harpe double
    Pierre Pitzl  guitare baroque
    Jesùs Fernández Baena théorbe
    • Raquel Andueza & La Galanía
    • Raquel Andueza & La Galanía

    Le spectacle

    Ce programme est composé non seulement de musique laïque espagnole du XVIIème Siècle, mais aussi d’un échantillon de quelques chansons avec des textes espagnols, toutes trouvées dans des collections européennes. Cette présence espagnole en Europe peut signifier deux choses : soit les poésies en castillan étaient des sources d’inspiration pour les musiciens étrangers soit que l’influence espagnole pendant cette période était si forte que ces célèbres mélodies ont été copiées et gardées en français, italien ou anglais.

    Ce concert met également en lumière des reconstructions de trois danses espagnoles typiques, dont les mélodies se sont perdues : une seguidillas, une zarabanda et unejácara. Dans le cas du seguidillas et la zarabanda, la majorité des manuscrits aurait été détruit en raison de leur contenu explicite, la zarabanda ayant été interdite par la Loi Royale dans 1583. Dans le cas de la jacara, la musique aurait été perdue car de tradition orale.

    La caractéristique principale de la musique vocale espagnole est leur structure et traitement rythmique du texte. Bien que la majorité des œuvres soit basée sur un système strophique, le programme comporte aussi le premier et unique exemple d’une lamentation espagnole imitant le style récitatif italien du XVIIème siècle.

    Les pièces instrumentales sont un bon exemple des danses de la période, toutes basées sur bassi ostinati et qui sont devenues très célèbre en Europe, et surtout en Italie.

    L'équipe

    Raquel Andueza

    Née à Pampelune, Raquel Andueza collabore régulièrement avec de nombreux ensembles : La Colombina, Gli Incogniti, L’Arpeggiata, B’Rock, La tempestad, Al Ayre Español, Orquesta Barroca de Sevilla, El Concierto Español, Private Musicke, La Real Cámara , l’hippocampe, Orphenica Lyra, entre autres. Avec le joueur de théorbe Jesús Fernández Baena, elle crée un duo spécialisé dans la musique italienne du XVIIe siècle, et en 2010, elle fonde son propre ensemble, La Galanía.

    Elle chante actuellement en tant que soliste dans les principaux festivals et principales salles à travers le monde (Paris, Madrid, Barcelone, Bruxelles, Francfort, Utrecht, Prague, Bucarest, Vienne, Mexique, Naples, Grenade, Minneapolis, Panama City, Berne, Londres, Hong Kong, Moscou, Bogotá, etc). En 2012, elle fait ses débuts à New York au Carnegie Hall et s’est également produite au Proms à Londres.

    Raquel Andueza s’est produite avec des chefs prestigieux tels que Pablo Heras-Casado, William Christie, Fabio Biondi, Emilio Moreno, Jacques Ogg, Monica Huggett, Eduardo López Banzo, Christina Pluhar, Richard Egarr, Ottavio Dantone, Christian Curnyn, Sir Colin Davis, José Ramón Encinar, entre autres.

    Raquel est régulièrement invitée à donner des cours de chant au Teatro Real à Madrid et dans les universités de Burgos et Alcalá de Henares.

    Elle a également prêté sa voix pour plusieurs films, courts métrages et séries de télévision, « Exodus » (Ridley Scott, 2014), « Isabel » (TVE1, Javier Olivares, 2012), « Atraco » (Eduard Cortés, 2012), « Tous les soleils « (Philippe Claudel, 2011) et « Disección de una tormenta » (Julio Soto Gúrpide, 2010). Elle a également prêté sa voix, en collaboration avec La Galanía, au dernier spot publicitaire de la prestigieuse marque de parfums Loewe Sport.

    Raquel a réalisé des enregistrements pour les labels Warner Classics, Virgin Classics, Glossa, K617, NB Musika, Accentus et Zig-Zag Territoires. En 2010, elle a créé son propre label, Anima e Corpo, et elle a sorti son premier disque « Yo soy la locura » en janvier 2011, qui a obtenu le prix « Festclásica 2011 », décerné par l’Association espagnole des Festivals de Musique Classique. Les enregistrements qui ont suivi (« in Paradiso », « Alma Mia » et « Pegaso ») ont reçu les meilleurs critiques et de nombreux prix de la part de la presse spécialisée.

    La Galanía

    La Galanía est l’un des ensembles les plus importants sur la scène musicale espagnole actuelle. Formé en 2010 par Raquel Andueza et Jesús Fernández Baena, l’ensemble interprète de la musique baroque des XVIIe et XVIIIe siècles. Les programmes proposés sont toujours fondés sur des recherches historiques méticuleuses, et les musiciens de l’ensemble font partie des meilleurs musiciens espagnols et étrangers, tous spécialisés dans ce répertoire. Ses membres font partie d’orchestres mondialement reconnus et d’ensembles prestigieux tels que Hespèrion XXI, Al Ayre Español, L’Arpeggiata, Orquesta Barroca de Sevilla, Private Musicke, et The Orchestra of the Age of Enlightenment, entre autres. Au cœur de l’ensemble se trouve la soprano Raquel Andueza, qui est fréquemment invitée à se produire dans les salles et festivals les plus importants du monde.

    La Galanía fait ses débuts avec grand succès à la cathédrale de Pampelune avec le Stabat Mater de Pergolesi. Dès lors, le groupe a rapidement commencé à apparaître dans les salles et les festivals les plus prestigieux à travers le monde, tels que l’Auditorium National de Musique de Madrid, Deutschland RheinVokal Festival, Berne Kultur-Casino, Konzerthaus Berlin, la WDR de Cologne, le Festival de Saint-Michel-en-Thiérache, Bruges MA festival, le Palais royal de l’Almudaina à Palma de Mallorca, le Festival Aranjuez, Panama City Early Music Festival, Donostia-San Sebastián Quinzaine Musicale, Festival Van Mechelen, Moscou Christmas Festival international, Bogotá festival de Musique Sacrée, et festival d’Innsbruck, entre autres.

    Leur premier enregistrement, « Yo soy la Locura », paraît en janvier 2011, pour le label Anima e Corpo. Depuis sa sortie, l’album a connu un grand succès en termes de ventes et critiques et il a reçu à l’unanimité le prix Festclásica par l’Association espagnole des Festivals de musique classique. En juillet 2013, le groupe sort « Alma Mia » – une compilation des plus beaux airs d’opéra et cantates d’Antonio Cesti – et « Pegaso » – une collection de psaumes et motets de Tarquinio Merula -, qui ont également reçu des nombreuses critiques élogieuses et distinctions de la part de la presse. Leur nouvel enregistrement, « Yo soy la Locura 2 », sort en 2015.

  • 16:00

    La nouvelle génération

    Étudiants du CNSMD de Lyon / CNSMD de Paris / CESMD de Poitou-Charentes

    Le 19 novembre 2017

    à 16:00 - Théâtre

    Étudiants du CNSMD de Lyon / CNSMD de Paris / CESMD de Poitou-Charentes
    • La nouvelle génération
    • La nouvelle génération

    Le spectacle

    3 CONCERTS DE 30 MINUTES PAR DES JEUNES TALENTS

    Ce concert donne carte blanche à 3 jeunes ensembles pour découvrir les talents de demain. Le programme
    détaillé sera disponible en septembre sur journees-musiques-anciennes.org

  • 18:00

    Angélique & Marc Mauillon

    Pien d’amoroso affetto

    Le 19 novembre 2017

    à 18:00 - ODE - Conservatoire de Vanves

    Marc Mauillon baryton,
    Angélique Mauillon harpe double
    • Angélique & Marc Mauillon
    • Angélique & Marc Mauillon

    Le spectacle

    En cette fin de XVIème siècle, la cité de Florence se prépare à accueillir une fête extraordinaire; on célèbre le mariage de Ferdinand de Médicis et de Christine de Lorraine.
    Les plus grands chanteurs, les instrumentistes les plus virtuoses sont réunis pour participer à ces réjouissances qui donneront le jour à une œuvre musicale sans pareil, «Les intermèdes de La Pellegrina», qui nous fait basculer dans l’ère baroque, en laissant derrière nous la Renaissance et ses grandes compositions contrapuntiques.
    La direction musicale est confiée à Emilio de Cavalieri, assisté de Jacopo Peri et Giulio Caccini.
    Ces trois musiciens partagent la même croyance en un nouveau style de musique, qui vise à abandonner l’écriture polyphonique au profit d’une musique soliste, confiant les sentiments du texte à une seule voix.
    Angélique et Marc Mauillon nous font explorer deux mondes en mettant en parallèle le génie de ces deux grands musiciens. Deux sensibilités s’expriment pour mieux sonder les passions humaines.

    L'équipe

    Marc Mauillon

    Compagnon de route, au concert et à l’opéra, de Jordi Savall, Vincent Dumestre et William Christie, défricheur du répertoire médiéval, tout aussi amoureux de mélodie française de Reynaldo Hahn à Gilbert Amy, il est une valeur sûre du répertoire baroque (Atys, Platée, Didon et Enée, Armide… avec les Arts Florissants, Hippolyte et Aricie à l’Opéra de Paris avec le Concert d’Astrée, Egisto, Cadmus et Hermione avec le Poème Harmonique, King Arthur avec le Concert Spirituel…).

    Marc Mauillon a aussi donné une nouvelle jeunesse à Guillaume de Machaut à travers trois enregistrements (Eloquentia) salués par la critique et plébiscités par le public.

    Interprète également de Mozart (Papageno, Guglielmo…) et de l’opérette (Offenbach, Rosenthal, Ganne…), il s’illustre enfin dans les répertoires contemporain (Cachafaz, d’après Copi, Robert le Cochon de Marc-Olivier Dupin…) et du vingtième siècle : Les Mamelles de Tirésias, Pelléas et Mélisande, ou encore L’Enfant et les Sortilèges à l’Opéra de Nancy et au Festival de la Meije.
    En 2013, il a enregistré, chez Eloquentia, l’intégrale  des mélodies de Poulenc et Eluard avec Guillaume Coppola, qu’il donne en concert à Besançon et Condette en 2015 ; et cette saison sort un CD consacré aux mélodies de la Grande Guerre avec Anne le Bozec.
    C’est en septembre 2014 que Marc Mauillon ajoute la corde pédagogique à son arc, après avoir donné plusieurs master-classes en France et à l’ étranger, en devenant professeur de chant au Pôle Sup’ 93 d’Aubervilliers.

    Angélique Mauillon

    Après des études de harpe classique auprès de Josette Rives et de Christophe Truant, Angélique Mauillon choisit de se spécialiser dans l’interprétation des musiques anciennes. Elle suit l’enseignement d’Eugène Ferré au CNSMD de Lyon, et de Mara Galassi à la Scuole Civiche de Milan. Angélique Mauillon se fait l’interprète d’un vaste répertoire allant du XIIIème au XVIIIème siècle.
    Ainsi, elle joue de la harpe médiévale avec les ensembles Alla Francesca et Tasto Solo, et de la harpe renaissance avec les ensembles Doulce Mémoire et Les Jardins de Courtoisie. Enfin, elle participe à de nombreuses productions de musique baroque avec la harpe triple, au sein d’ensembles tels qu’Elyma, La Fenice, Le Concert d’Astrée, Le Poème Harmonique, Il Seminario musicale, Artaserse.
    Elle se produit régulièrement en récital aux côtés de son frère, le baryton Marc Mauillon, avec lequel elle explore également le répertoire des XIVème et XVème siècles, en compagnie de Pierre Hamon et Vivabiancaluna Biffi.
    Elle a collaboré à plus d’une quinzaine d’enregistrements pour les labels Alpha, ZIG-Zag territoires, Eloquentia, Ricercar, etc…
    Titulaire du Certificat d’Aptitude, Angélique Mauillon enseigne la harpe ancienne au CRR de Tours et au CNSMD de Lyon.