Le tour du monde des danses urbaines en dix villes

  1. 19:00

    Le tour du monde des danses urbaines en dix villes

    Ana Pi, Cecilia Bengolea, François Chaignaud - VLOVAJOB PRU

    Le 22 mars 2017

    à 19:00 - ODE - Conservatoire de Vanves

    Durée > 50 minutes + échanges avec le public

    Tarif unique 6 euros

    Conceptio, recherches, textes Ana Pi, Cecilia Bengolea, François Chaignaud
    Montage vidéo Ana Pi
    Illustrations du livret Juan Saenz Valiente
    Interprétation Ana Pi

    • Le tour du monde des danses urbaines en dix villes

    Le spectacle

    Partons pour un tour du monde des danses urbaines. Qu’est-ce que c’est ? Les danses urbaines, ce sont les danses créées, pratiquées et montrées dans les rues des grandes villes du monde. Elles sont une infinité et nous en avons choisi 10, mais ce choix était difficile, et forcément subjectif et incomplet. Les danses urbaines sont liées à la ville, à sa violence, à ses injustices mais aussi à son énergie, électrique, rapide. Mais avant tout les danses urbaines sont liées la musique. C’est toujours la musique qui inspire ces formes de danse et de rencontres. De nos jours, les danses urbaines se diffusent principalement sur le net (Youtube, pages Facebook…).Cette transmission virtuelle permet des évolutions stylistiques très rapides, une mondialisation des gestes, et explique aussi la popularité spectaculaire de certains styles. Les danses urbaines en Amérique du Sud, aux Etats-Unis, en Europe, en Asie et en Afrique, sont toutes connectées à la diversité des danses africaines, qui ont migré dans le corps des esclaves déportés, et des immigrés. Les grandes villes du monde où s’inventent ces danses sont des cités cosmopolites, forgées par les vagues de déportation et d’immigration. C’est la complexité de cette histoire, façonnée par les grandes inégalités de l’ordre social, qui surgit dans ces danses.

    L’équipe

    ANA PI
    Créatrice en danse contemporaine et chercheuse en danses urbaines, Ana Pi est également une artiste de l’image, qui expérimente du vjing à la photographie argentique. Diplômée de l’École de Danse de l’Université Fédérale de Bahia (Brésil), en 2009/10 elle étudie la danse et l’image au Centre Chorégraphique National de Montpellier sous la direction de Mathilde Monnier, formation EX.E.R.CE.
    La circulation, le décalage, l’appartenance, la superposition, la mémoire, les couleurs, les actions ordinaires et le geste sont des matières vitales à sa pratique créative et pédagogique. Son travail s’inscrit principalement dans le cadre de collaboration avec d’autres artistes sur des projets de multiples natures et durées.

    CECILIA BENGOLEA
    Danseuse, chorégraphe. Après avoir suivi des études de danse antropologique, philosophie et histoire de l’art a l’Université de Buenos Aires, elle s’intalle à Paris en 2001. Elle collabore avec les chorégraphes Claudia Triozzi, Yves-Nöel Genod, Alain Buffard, Mathilde Monnier, Monika Gintersdofer et Knut Classen.
    Cecilia Bengolea réalise en 2011 à Rio de Janeiro deux courts-métrages en dialogue avec l’œuvre Tristes Tropiques de Claude Levi Strauss : La Beauté (tôt) vouée à se défaire avec Donatien Veisman et Cri de Pilaga. Elle poursuit une recherche chorégraphique dans le dancehall gangster et dancehall queen à Kingston, Jamaica.

    FRANÇOIS CHAIGNAUD
    Né à Rennes, François Chaignaud étudie la danse depuis l’âge de 6 ans. Il est diplômé en 2003 du Conservatoire National Supérieur de Danse de Paris et collabore ensuite auprès de plusieurs chorégraphes, notamment Boris Charmatz, Emmanuelle Huynh, Alain Buffard, Dominique Brun. Depuis He’s One that Goes to Sea for Nothing but to Make him sick (2004) jusqu’à Думи мої (2013), il crée des performances, dans lesquelles s’articulent danses et chants, dans les lieux les plus divers, à la croisée de différentes inspirations. S’y dessinent la possibilité d’un corps tendu entre l’exigence sensuelle du mouvement et la puissance d’évocation du chant, et la convergence de références historiques hétérogènes – de la littérature érotique (Aussi Bien Que Ton Cœur Ouvre Moi Les Genoux, 2008) aux arts sacrés.
    Également historien, il a publié aux PUR L’Affaire Berger-Levrault : le féminisme à l’épreuve (1898-1905). Cette curiosité historique le conduit à initier des collaborations diverses, notamment avec la légendaire drag queen Rumi Missabu des Cockettes, avec le cabarettiste Jérôme Marin (Sous l’ombrelle, 2011, qui ravive des mélodies oubliées du début du vingtième siècle), avec l’artiste Marie Caroline Hominal (Duchesses, 2009), avec les couturiers Romain Brau et Charlie Le Mindu, avec le plasticien Theo Mercier, avec le photographe Donatien Veismann, avec le réalisateur César Vayssié …
    Il poursuit actuellement une recherche sur les répertoires de polyphonies (géorgiennes, préchrétiennes et médiévales).

    Coproductions

    Production : Association des Centres de Développement Chorégraphique avec l’aide de la Direction Générale de la Création Artistique [Le Gymnase – CDC Roubaix Nord / Pas--‐de--‐Calais ; Le Cuvier – CDC d’Aquitaine; le Pacifique ; CDC – Grenoble ; Uzès danse, CDC de l'Uzège, du Gard et du Languedoc--‐Roussillon ; Art Danse – CDC Dijon Bourgogne ; La Briqueterie – CDC du val de Marne ; L’échangeur – CDC Picardie ; CDC Paris – Atelier de Paris – Carolyn Carlson, sur une proposition du CDC Toulouse/Midi--‐Pyrénées et d’Annie Bozzini. Production déléguée : Vlovajob Pru. Vlovajob Pru a reçu l’aide de la DRAC Poitou--‐Charentes pour ce projet.
    Vlovajob Pru est subventionnée par la DRAC Auvergne--‐Rhone--‐Alpes et le Conseil Régional d'Auvergne--‐Rhone--‐ Alpes et reçoit le soutien de l’Institut Français et de l’Institut Français / Ville de Lyon pour ses projets à l'étranger.