Le rêve est une terrible volonté de puissance

  1. Le rêve est une terrible volonté de puissance [Création]

    Variations d'après La Mouette de Tchekhov - Benjamin Porée

    Du 20 au 25 avril 2017

    20h30 - Relâche dimanche 23 - Théâtre

    Plein tarif 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€

    Mise en scène, adaptation, scénographie,BenjaminPorée
    Lumières Marie-Christine Soma
    Vidéo Benjamin Porée et Guillaume Leguay
    Avec Edith Proust, Anthony Boullonnois, Camille Durand Tovar, Nicolas Grosrichard, Aurélien Rondeau, Mila Savic, Sylvain Dieuaide
     Caméraman au plateau Guillaume Leguay

    • Le rêve est une terrible volonté de puissance
    • Le rêve est une terrible volonté de puissance
    • Le rêve est une terrible volonté de puissance
    • Le rêve est une terrible volonté de puissance
    • Le rêve est une terrible volonté de puissance
    • Le rêve est une terrible volonté de puissance

    Bénéficiez du Pass Mouette (30€ les 3 spectacles) en assistant également aux deux autres spectacles « Non c’est pas ça !(Treplev variation) » par Le Collectif Le Grand Cerf Bleu (du 18 au 20 octobre) et « La Mouette » par Thibault Perrenoud/Cie Kobal’t (21 et 22 février) s’inspirant de La Mouette d’Anton Tchekhov.

    Le spectacle

    Benjamin Porée a pris comme point de départ de ce travail la notion de « rêve dévorant », de « rêve comme terrible volonté de puissance », évoqués par Deleuze lors d’une conférence sur le cinéma. Cette ligne de force, qui imprègne toute la pièce, se retrouve chez chacun des personnages, dans leur intérieur, dans leur volonté de vivre, de dévorer l’autre pour se maintenir, pour sauvegarder à tout prix son rêve.
    Avec ce texte, le metteur en scène initie une nouvelle étape de son travail. Ressentant de manière impérieuse l’envie d’aller vers une création, une écriture plus personnelle, il a souhaité retraduire la pièce, la faire résonner avec « ceux » que nous sommes aujourd’hui.

    L’équipe

    Benjamin Porée
    Après s’être formé comme acteur au cours Florent, Benjamin Porée fonde en 2009 la compagnie La Musicienne du silence. S’il emprunte ce nom à Stéphane Mallarmé, c’est pourtant les mots d’Arthur Rimbaud qu’il porte à la scène lors de son premier spectacle, Une saison en enfer, interprété par Matthieu Dessertine en 2006 et repris ensuite. Lorsqu’il décide de se saisir d’un texte théâtral, Benjamin Porée ne choisit pas moins qu’Andromaque de Jean Racine qu’il met en scène au Théâtre de Vanves, dont il devient artiste associé en 2012. Là, il réunit une troupe d’acteurs issus de la classe libre du cours Florent pour créer Platonov d’Anton Tchekhov en 2012, repris à l’Odéon-Théâtre de l’Europe en 2014. Avec eux, il livre un duo chorégraphié, Sublime ou Rien, puis, à la Loge à Paris, une pièce de Marius von Mayenburg pour cinq personnages, Parasites, ou encore un solo avec Edith Proust, Georges. Depuis 2015, Benjamin Porée est artiste associé aux Gémeaux Scène nationale de Sceaux. Empruntant au cinéma des effets de resserrement du cadre ou d’élargissement du temps, Benjamin Porée tend à faire du théâtre le lieu où les intimités de l’acteur et du spectateur se rencontrent.

    Coproductions

    Production La Musicienne du Silence
    Diffusion/ co-production Le Quartz, Scène nationale de Brest / Théâtre de Vanves, Scène conventionnée pour la danse.
    Accueil en résidence à La Chapelle Dérezo, Brest
  2. 11:00

    Opus 2 – Chroma [Création]

    Daniela Labbé Cabrera & Aurélie Leroux - La compagnie d’à côté

    Le 22 avril 2017

    à 11:00 - Panopée

    Durée > 35 minutes

    Tarif unique 6 euros

    Conception écriture et mise en jeu Aurelie Leroux et Daniela Labbé Cabrera
    Conception scénographie et jeu lumière/espace Constance Arizzoli
    Conception sonore et jeu son Guillaume Callier
    Chant et jeu Anne Sophie Durand
    Régie générale et jeu lumière/espace Claire Tavernier
    Création lumières Philippe Gladieux
    Costumes Magalie Murbach
    Collaboration chorégraphique Isabelle Catalan
    Production et diffusion Marion Le Meut

    • Opus 2 – Chroma

    Représentations scolaires :
    – Opus 1  mercredi 19 avril à 9h30 et 10h30
    – Opus 2 jeudi 20 et vendredi 21 avril à 9h30 et 10h30

    Avertissement

    Toutes les représentations sont complètes.

    Le spectacle

    Partition pour deux corps, avec trois partenaires, lumière, espace et son.

    L’Opus 2 – Chroma, s’inspire plus largement que le précédent des oeuvres abstraites qui ont fait de la couleur leur royaume (notamment celles de Mark Rothko). Dans la prolongation de la partition musicale et chorégraphique de l‘Opus 1 – Blancs, il est celui du jeu de la disparition de toutes les frontières. L’Opus 1 porte en lui l’Opus 2. Comme le noir et le blanc portent, à leur manière, les couleurs. Chroma nous emmène dans un concert foisonnant où, sous le pouvoir de la couleur, les corps, la lumière, les sons et l’espace enchevêtrent leurs voix, dans la complexité du vivant et la coexistence de différents mondes. Thèmes, motifs, formes de l’Opus 1 se répètent pour se transformer ou disparaître, et faire apparaître d’autres éléments. Couleur et chant s’emparent des corps et de l’espace. Ton, saturation et luminosité s’animent, déstabilisant toutes limites et perspectives. L’espace de papier devient ici le lieu d’une véritable expérience sensorielle, celle du bouleversement des frontières et du temps. Un espace synesthésique où entre rêves et réalités, dans le jeu des limites et de l’illimité, se cherchera le trouble d’être vivant.

    L’équipe

    Daniela Labbé Cabrera conception écriture et jeu
    Elle se forme comme comédienne au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique à Paris puis à la Ernst Busch Hochschule de Berlin avec des professeurs comme Dominique Valadié, Muriel Mayette, Veit Shubert, puis après l’école avec Edouard Bond, Arpad Shilling, Galin Stoev. Elle travaille aussi bien comme comédienne que sous le regard de chorégraphes et développe ses propres projets personnels. Depuis 2007, elle travaille régulièrement en Italie au sein de la troupe Européenne menée par Antonio Latella et depuis 2011, à Santiago du Chili en collaboration avec Stéphanie Loïk et Ricardo Lopez- Muñoz. Elle a joué comme actrice avec Serge Tranvouez, Claude Buchwald, Irina Brook, Stéphanie Loïk, Véronique Caye, Jean-Pierre Baro, Joséphine de Meaux, Emmanuel Rouglan, Mahmoud Shahali, Michaël Batz et Ricardo Lopez-Muñoz…. Elle à également dansé sous le regard de Félix Ruckert et Alexandre Fernandez. En 2009, elle réalise, L’apprentissage, un court-métrage d’après un récit de Jean-Luc Lagarce, puis met en scène Le Bain, un solo mêlant théâtre et vidéo d’après le même auteur, pour lequel elle obtient l’aide au compagnonnage de la DMDTS et qui se jouera au Théâtre-Studio d’Alfortville, à la Chapelle St-Louis à Rouen et aux Déchargeurs. En 2011, elle crée avec Dolores Lago Azqueta le collectif I am a bird now. Dans ce mouvement elle met en scène avec Anne-Elodie Sorlin le Voyager Record, joué au Théâtre de Vanves, à Anis Gras, au Relais (Normandie), au Théâtre Paris-Villette. Elle continue par ailleurs de développer un travail personnel vidéo et documentaire, notamment sur l’exil chilien, sujet sur lequel elle prépare un film documentaire produit par Zadig production.

    Aurélie Leroux conception, écriture et mise en jeu
    Après l’obtention d’un Master 2 de Lettres modernes à Saint-Denis, elle se forme au jeu au Conservatoire du Vème arrondissement à Paris et à l’ERAC (Ecole régionale d’acteurs de Cannes), avec, entre autres, Valérie Dréville, Charlotte Clamens, Jean-Pierre Vincent, David Lescot, Gildas Milin, mais aussi, depuis, avec Galin Stoev, Anatoli Vassiliev, Laurent Gutmann. En tant que comédienne, elle a travaillé au théâtre avec Didier Galas, Gildas Milin, Oskaras Korsunovas, Jean-Pierre Vincent, Didier Carette, et dernièrement Séverine Astel. Elle a été la collaboratrice artistique d’Alain Fourneau et dans le cadre d’un projet franco-russe, avec la troupe de Youri Pogrebnitchko. Elle a tourné au cinéma avec Alejandra Rojo et Mathieu Amalric. Elle a assuré la direction d’acteurs pour les films de fin d’études des réalisateurs de l’ESAV (École Supérieure des arts visuels de Marrakech), dans le cadre de Marseille 2013. Metteur en scène avec La Compagnie d’A Côté, dont elle assure la direction artistique, elle a monté en 2004 Rimbaud et Shéhérazade d’Abdellatif Laâbi ; puis soutenue notamment par le Théâtre des Bernardines à Marseille, le Théâtre de la Bastille,Tâtez là si j’ai le coeur qui bat, d’après Tchekhov, en 2007 et 2009, et Pas encore prêt en 2011. En 2013, associée à l’écrivain Florence Pazzottu, elle à présenté Où dois-je encore monter avec mon désir ?, au festival des Informelles en 2013 et Ne demande pas à ton ombre la charité, en 2013 dans le cadre d’Actoral à Marseille.

    Coproductions

    Production – La Compagnie d'A Côté
    Coproduction la Tribu - Théâtre de Grasse, Théâtre Durance – Château-Arnoux/Saint-Auban , Scènes et Cinés Ouest Provence, Le Carré Sainte Maxime, Théâtre Massalia, PoleJeunePublic-TPM.
    Avec le soutien à la création de la DRAC Provence Alpes-Côte d'Azur, de la Région Provence Alpes-Côtes d'Azur, du conseil général des Bouches du Rhône et de la mairie de Marseille.
    Avec le soutien de l'ADAMI et de la SPEDIDAM
    Avec le soutien en résidence du CENTQUATRE, établissement artistique de la ville de Paris, du Théâtre de Vanves et du Théâtre Massalia.