Sounds of Cello / Oliver Coates / Gaspar Claus / Paul Colomb
Le 10 novembre 2016

  • Sounds of Cello / Oliver Coates / Gaspar Claus / Paul Colomb
  • Sounds of Cello / Oliver Coates / Gaspar Claus / Paul Colomb

Loin des sons langoureux et des envolées lyriques généralement associés au violoncelle, cette soirée propose de découvrir (ou redécouvrir) trois artistes formés à l’excellence dans les plus prestigieux conservatoires tout en gardant une oreille ouverte aux musiques de leur temps. Ils ont développé des langages musicaux très personnels, s’affranchissant des genres, revendiquant un goût prononcé pour l’éclectisme et expérimentent des configurations scéniques différentes. En sort une musique très créative dont émane une grande liberté.

Cette soirée sera composée de trois concerts tout aussi différents par leur style et approche musicale que par leur dispositif scénique:

Paul ColombHybride

Gaspar ClausSolo 

Oliver CoatesUpstepping 

  1. 20:30

    Paul Colomb [Création]

    Hybride

    Le 10 novembre 2016

    à 20:30 - Théâtre

    Public en gradin

    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€

    • Paul Colomb
    • Paul Colomb
    • Paul Colomb

    Le spectacle

    Paul Colomb a développé le projet Hybride autour du violoncelle et de l’électronique.
    Il propose au public un véritable voyage sonore où se mêlent des influences électroniques, classiques qui glissent vers des musiques du monde (Afrique, Inde notamment), actuelles ou improvisées, se mêlant ou se succédant imperceptiblement.

    Hybride est une expérimentation musicale puisant ses influences dans les musiques classique, du monde, actuelle et improvisée. Le violoncelle, renforcé de plusieurs pédales de boucles et d’effets, devient guitare, contrebasse,  percussion, machine… et violoncelle ! Les timbres se mélangent, se multiplient et s’enchaînent pour finalement aboutir sur des compositions originales, au carrefour des traditions musicales.

    L’équipe

    Diplômé de la Haute Ecole de Musique de Lausanne dans la classe de François Salque, Paul Colomb est un violoncelliste d’origine guérandaise. Il se forme aux conservatoires de Saint-Nazaire et de Nantes, dans les classes de Cécile Grizard puis François Girard.

    Il bénéficie par le suite des conseils de Frédéric Deville, Gary Hoffman, Christoph Henkel ou Franz Elmerson. Son attrait pour la musique de chambre l’amène à suivre les cours du trio Wanderer et du Fine Arts Quartet.

    Violoncelliste éclectique, Paul pratique l’improvisation et les musiques actuelles depuis son plus jeune âge. C’est donc tout naturellement qu’il crée Hybride, Improvisation pour Violoncelle et Electronique sur les ondes d’Espace 2 dans le cadre de son master d’interprétation, en 2013. Soutenu par François Salque, ce projet a été présenté dans de nombreux festivals (Rencontres Franco-Américaines, Festival Musique à La Baule, festival Off d’Evian…).

    Adepte de la scène, Paul s’est autant produit sur la scène classique (Concert de l’Improbable de J.F Zygel, Rencontres Franco-Américaines, Classicaval, Musical’Ocean, Folles Journées…) que sur la scène actuelle (Festival des Vieilles Charrues, Printemps de Bourges, Francofolies,Tournée des Transmusicales..). Il s’est produit et Inde, Colombie,Cuba, Singapour…

    Paul prend part à de nombreux projets aux univers variés: musique classique et contemporaine, jazz, pop, improvisation, jeune public… Il se produit ainsi aux côtés de l’accordéoniste Daniel Mille avec lequel il enregistre le disque Cierra Tus Ojos, consacré à Astor Piazzolla. Ce quintet commence actuellement une collaboration avec Jean-Louis Trintignant. Paul prend régulièrement part à l’Orchestre de Violoncelles de François Salque. Il est membre du spectacle Driiing! d’Hélène Bohy, ainsi que de New, la Comédie Musicale Improvisée.Il fonde avec la violoncelliste Michèle Pierre le duo Brady, consacré au répertoire classique et à l’improvisation. Il intègre récemment le projet Opéra du groupe nantais Moongaï, en quatuor à cordes.

    Paul se prête régulièrement à l’exercice de l’enseignement. Il a été sollicité par la Haute Ecole de Lausanne pour intervenir à la Bangalore School of Music en 2012, en Inde. Il encadre régulièrement des orchestres de jeunes. Paul propose des ateliers improvisations auprès des instrumentistes à cordes.

  2. 20:30

    Gaspar Claus

    Solo

    Le 10 novembre 2016

    à 20:30 - Théâtre

    Public assis sur scène tout autour de l’artiste

    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€

    Violoncelle Gaspar Claus

    Label Infiné

    • Gaspar Claus
    • Gaspar Claus
    • Gaspar Claus
    • Gaspar Claus

    Le spectacle

    Gaspar Claus est un infatigable passe-muraille n’ayant de cesse de re-configurer selon son bon plaisir les cartes d’Etat-major du monde de la musique. Violoncelliste tout-terrain qu’on pourrait qualifier d’héritier hérétique de l’exemplaire Tom Cora avec lequel il partage cet alliage du populaire et du savant, de la mélodie et du boucan ainsi qu’une gourmandise tous azimuts, il met sa technique hirsute au service de la joie pure d’être vivant, toujours ouvert à la surprise, avec cet élan humaniste dont il vient contaminer ses innombrables collaborations (de Jim O’Rourkeà Sufjan Stevens en passant par Rone et Angélique Ionatos). Musique improvisée (en compagnie de Keiji Haino ou de Serge Teyssot-Gay), musique contemporaine (avec Bryce Dessner) flamenco (Pedro Soler etInes Bacan) ou pop (Barbara Carlotti, Peter Von Poehl), tout entre ses mains se transforme en exercice d’intensification du goût, d’éclatement des frontières.

    Musicien désentravé dont l’esthétique mouvante est une éthique de la flibusterie, de la contrebande et du partage, Gaspar Claus est aussi l’instigateur du « festival permanent ». Cette grande confrérie invisible et éclatée se propose au delà de toute esprit de chapelle, de disséminer à travers le monde comme une idée de l’acte gratuit et spontané, une pensée de la création libre dont le geste s’invente à mesure qu’il se découvre. Une confrérie sans dogme ni hiérarchie, impossible à définir, à circonscrire, à capturer. Gaspar Claus, est de ces musiciens pour qui la musique est avant tout la manifestation d’une présence au monde et une célébration ininterrompue de ces vieilles valeurs désuètes et pourtant ô combien subversives que sont l’amitié, la réinvention du vivre-ensemble, la violence du plaisir. Valeurs qu’il exalte d’ailleurs avec les violonistes Carla Palloneet Christelle Lassort en compagnie desquelles il a fondé Vacarme, trio engagé avec la même ferveur au côté d’artistes tels que Rover ouStranded Horse que dans l’interprétation sauvageonne de compositeurs contemporains.

    Lire entre les notes. Faire entendre ce qui respire et ce qui grouille en permanence au fond de toute musique. Peut être s’agirait il d’un violoncelle dans tous ses états si la volonté était simplement d’en montrer toutes les possibilités sonores, tous les assemblages rythmiques, mélodiques, harmoniques. Mais ce n’est pas cela qui cherche ici à prendre la parole. C’est la quête d’une fonction primaire de la musique, une volonté puissante d’échapper au monde, à soi, au moyen d’une exploration à l’aveugle, d’un long morceau emprunté aux limbes sans fond de la joie d’écouter le son dans ses moindres détails. Du bois, des crins de chevaux, de l’acier, des boyaux d’animaux. Ce qui sonne et fait sonner ce violoncelle se met le temps d’un concert au service d’une cérémonie musicale baigné de chamanisme, de rock à l’état brut, de répertoire classique, de profane et de sacré.

    Plongé dans la pénombre, assis à même le sol, au plus proche de l’instrument lui même s’il le désire, l’auditeur est convié à un voyage aux confins de ses mondes, extérieurs et intérieurs.

  3. 20:30

    Oliver Coates

    Upstepping et autres matériels - Grande Bretagne

    Le 10 novembre 2016

    à 20:30 - Théâtre

    Durée > 1h

    Public debout dansant sur scène

    Billet unique pour toute la soirée 20€ - Réduit 14€ - Adhérent 10€

    Oliver Coates violoncelle et machines

    • Oliver Coates
    • Oliver Coates
    • Oliver Coates

    Oliver Coates présentera pour la première fois en France son Projet Upstepping.

    Le spectacle

    Upstepping , le récent mini-album du violoncelliste, compositeur et producteur Oliver Coates , est, comme son créateur, défini par ses contrastes. Les impressions à chaud confirment bien les mots d’Oliver Coates : « musique stimulante et corporelle » enregistrée à la maison, alimentée de caféine, d’une énergie nerveuse et des premières œuvres d’Orbital et de Photek, mais déconstruites ; une déstabilisation sinistre s’impose.

    Soliste, Oliver Coates multiplie les apparitions dans les plus grandes salles de concert d’Europe en collaborant  avec des artistes partageant les mêmes idées, que cela soit des compositeurs expérimentaux tels que Jonny Greenwood et Mica Levi ou des producteurs de musique électronique.

    Upstepping continue la profonde exploration que mène Oliver Coates de la synthèse entre les sons provenant de son violoncelle et la palette rythmique et sonique de la musique électronique. L’instrument est un pont entre deux mondes: la rigueur et la retenue de la performance classique et la catharsis de la musique électronique. Upstepping a été nourri  par une enfance passée à jouer du violoncelle la journée, et à écouter les radios pirates londoniennes des années 1980.

    « Me limiter était la seule règle», relate Oliver Coates lorsqu’il en est venu à créer Upstepping. « Environ 95% des sons proviennent de l’enregistrement du violoncelle qui ont ensuite été traités numériquement. Tous les sons aigus mélodiques, même ceux perçus comme des clés, sont des échantillons du manche d’un violoncelle. Par exemple, «Perfect Love» est une étude en gris, dissimulant  la source, il a totalement été créé à partir de différents types d’attaques de violoncelle. Tout cela est ma façon d’essayer d’élargir le vocabulaire de la percussion, les samples et rythmes d’une boite à rythmes, qui ont déjà en soi une riche histoire.  »

    L’enregistrement  d’Upstepping est né d’un temps qui était à la fois joyeux et instable dans la vie d’Oliver Coates.  Les titres Innocent Love et Perfect Love proviennent  par exemple de l’observation des peintures d’Agnes Martin, peintures du même nom, à la Dia Beacon dans l’État de New York, lors d’un voyage sur la route avec Stephen [Bass].» Bass a fondé le légendaire label indépendant  Moshi Moshi et son émulation expérimentale Prah, dont  Towards the blessed islands premier album d’Oliver Coates, fut la première signature.

    Le nom de l’Album est un subtil clin d’œil à certaines sources d’inspiration les plus personnelles d’Oliver  Coates. «J’ai entendu une interview dans laquelle P-Orridge Genesis de Psychic TV a utilisé le mot« upstepping » en référence à la race humaine, et sa capacité à s’élever et évoluer à un rythme accru. Je suis intéressé par la transition. Quand j’ai fait ce disque, j’ai prolongé mon amour pour la production de musique électronique provenant de ma jeunesse en parallèle à la pratique du violoncelle et ce en fonction d’une convention : interpréter de la musique notée en position assise.

    « Récemment, j’ai fait une tournée avec Peter Zummo (tromboniste et collaborateur d’Arthur Russell) où je jouais du violoncelle avec une pédale de distorsion me tenant debout  tout au long et j’ai alors ressenti toutes les parties de mon corps se rassembler. Tout simplement, Upstepping fait référence à l’idée de me positionner debout  et de m’engager de tout mon corps dans le mouvement. Mais musicalement, cela alimente une impulsion pour faire une musique stimulante et corporelle, à l’opposé d’une musique cérébrale, et de voir où cela prend une forme musicale « .

    L’équipe

    Oliver Coates est un violoncelliste, compositeur et producteur basé à Londres.
    Il a joué ses spectacles solos en Chine, en Russie, au Brésil, en Egypte ainsi qu’en Australie, et a fait récemment ses débuts à New York à « Le Poisson Rouge ». En 2011 il a gagné le « Royal Philharmonic Society Young Artist Award » et est actuellement en résidence au Centre Southbank. Ses albums sont signés chez Prah Recordings and Slip. Il collabore régulièrement avec le London Contemporary Orchestra, Jonny Greenwood (Radiohead / Bande son des films The Master and There Will Be Blood), Mica Levi (Bande son du film Under the Skin) et le plasticien Laurent Lek (sur la pièce Unreal Estate ). Avec Lek, il a présenté la première mondiale d’un nouveau travail, QE3, à Glasgow cette année lors du Glasgow International festival. Il a également réalisé la programmation du festival DEEP∞MINIMALISM au Southbank Centre cet été. Son album solo, Upstepping, a été publié récemment sur Prah Recordings, et un album en collaboration avec Mica Levi, Remain Calm, sortira sur Slip à la fin de 2016.